Morges, le jeudi 2 mai 2019, un peu avant seize heures. Plus que quelques minutes avant que les coureurs du 73e Tour de Romandie traversent la ville. Alors que les bénévoles, la police et les pompiers s’affairent à terminer la sécurisation des routes, la foule se masse sur les trottoirs et une ambiance particulière, un mélange perceptible d’impatience et de trac, s’installe.

Dans les rues, c’est un public totalement hétéroclite qui attend le peloton. Des enfants aux seniors, en passant par les cyclistes passionnés ou simples curieux, la foule s’impatiente. Des « Ils sont sur la Route du Lac, ils ne vont pas tarder ! » fusent de toutes parts, une partie des spectateurs suivant la course sur leurs téléphones, ce qui renforce encore l’impatience et relève l’ambiance d’un cran. La foule tape sur les panneaux publicitaires, des mains en plastique s’agitent, ce n’est qu’une question de secondes avant le rapide passage des coureurs.

Avec mon collègue Jean-Daniel, on est sur le pont depuis six heures ce matin ! Notre rôle était de superviser les personnes chargées de mettre en placer les barrières Vauban sur toute la Rue Louis-de-Savoie, soit mille mètres au total. Comme les barrières sont alignées sur la ligne d’arrivée, on a dû attendre que cette dernière soit tracée au sol pour les aligner et les fixer de manière définitive avant le passage des camions chargés d’y accrocher les panneaux publicitaires. Depuis là, on a contrôlé que personne ne démonte ou ne déplace le dispositif. À 15h30, c’était le bouclage complet en collaboration avec la police.

J’ai trouvé très intéressant de vivre cet évènement de l’intérieur pour la première fois. Je ne me rendais pas compte que c’était une telle organisation ! Le jour de l’évènement, mais aussi les jours voire les semaines avant. Quand on est spectateur, on arrive, tout est déjà en place, on ne réalise pas la quantité de travail, d’organisation ni le nombre de personnes impliquées.

Sandro, bénévole

Au premier passage des échappés puis du peloton, la foule encourage les coureurs alors que les plus passionnés ont tout juste le temps de reconnaitre leurs coureurs favoris. « C’est déjà fini ? » lancent les enfants, surpris par la vitesse des cyclistes.

« Il y a plus de voitures et de motos que de vélos ! », lance une personne âgée qui s’est retrouvée dans la foule un peu par hasard. « Les transports publics étaient arrêtés, alors je me suis dit que j’allais en profiter pour venir jeter un oeil. Je ne suis pas passionnée par le vélo mais c’est intéressant de voir ça en vrai ! ».

Une quarantaine de minutes plus tard, c’est l’arrivée finale de l’étape avec la chance pour la foule morgienne d’acclamer Stefan Küng, le Saint-Gallois de l’équipe de la Française des Jeux, qui remporte cette deuxième étape après une longue et magnifique échappée.

Ce n’est pas tous les jours qu’on a l’opportunité de mettre en avant une région, une ville de cette manière ! Je félicite l’équipe de Morges Région Tourisme qui a mis tous les atouts de son côté pour que cet évènement soit une réussite. Il y a un tout petit peu de pluie mais j’espère que la course se passera bien, que cette journée créera beaucoup de bons souvenirs.

Un petit clin d’oeil pour l’épreuve de contre la montre d’Aubonne en 2011 qui avait été un évènement extraordinaire. Nous avions eu des vues magnifiques de la région avec une grande visibilité, c’est toujours très positif pour son économie et son image.

Oscar Cherbuin, directeur de l’ARCAM (Association de la Région Cossonay – Aubonne – Morges)

Certes, entre les enthousiastes ravi(e)s de voir la petite reine faire vibrer la Coquette et les moins passionnés y voyant un inconvénient et des routes fermées, cette arrivée du Tour de Romandie aura divisé. Mais à en juger par le nombre de personnes présentes dans les rues, force est de constater que cela aura été une belle journée et une magnifique occasion de rassembler la population dans la ville en fête !

Nous sommes sponsors du tour depuis 2015 avec les Vins de Morges. On les aide pour le sponsoring et en échange, on a un stand dans tous les villages d’arrivée et un véhicule dans la caravane publicitaire.

C’est en avril 2018 qu’on a commencé à discuter de faire cette arrivée à Morges. Elle est tout d’abord due à notre président Yves-Etienne Kahn qui en avait envie depuis longtemps. Il a convaincu la ville, qui a monté un comité d’organisation de quinze personnes avec des postes bien définis – condition requise par l’organisateur Chassot Concept – et pu mettre sur pieds l’évènement.

Au total, on a fourni une centaine de bénévoles. Chaque jour du Tour, on a une personne dans la voiture qui participe à la caravane qui distribue des goodies et deux à trois personnes sur le stand dans le village d’arrivée.

C’est ma quatrième année et je trouve ça génial ! On est toujours très bien reçus par les autres régions, ça donne une image positive en montrant que l’on soutient le sport et en faisant découvrir les activités de la région au public très familial et intéressé du tour.

Tiffanie Steiner, marketing manager de Morges Région Tourisme

La foule était au rendez-vous, dans les rues et aux fenêtres, pour encourager les coureurs et vivre cet évènement de l'intérieur.

Autres histoires de Morgien(ne)s

Envie d'être informé(e) des nouveaux articles ? Inscrivez-vous à notre newsletter !
Pas plus d'un e-mail par semaine, promis !

Comme vous, nous détestons le spam et ne transmettrons donc en aucun cas votre e-mail à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en tout temps en cliquant sur les liens à la fin de chaque e-mail que nous vous envoyons.